La Cellulite





Qu'est ce que c'est ?

La cellulite n’est autre qu’un amas de cellules graisseuses qui se trouvent sous la peau (hypoderme) et qui atteignent une capacité de stockage maximale. Ils forment ces fameux capitons qui donnent un aspect peau d’orange. Autrement dit c'est un dysfonctionnement du tissu adipeux (cellules graisseuses = adypocytes ). Pour schématiser, les adipocytes sont comme de petits sacs extensibles qui se remplissent de graisse, pouvant parfois grossir jusqu’à plus de 50 fois leur taille initiale !

Ce phénomène touche en effet essentiellement les femmes, avec ou sans surcharge pondérale, et se manifeste sur des régions du corps précises : arrière des cuisses, fesses, ventre, haut des bras.


Les facteurs aggravent ou précurseurs ?


- Les variations hormonales féminines. (puberté, pilule , grossesse, ménopause)

La cellulite apparaît généralement à l’occasion de la puberté, influencée par la poussée d’hormones oestrogéniques. Sous l’effet de ces hormones féminines, les cellules graisseuses (ou adipocytes) situées dans le tissu sous-cutané stockent la graisse et prennent du volume.

En effet, après la puberté, les éventuelles grossesses favorisent son installation (le corps des femmes étant programmé depuis la nuit des temps pour stocker des réserves de graisse afin de nourrir la progéniture en cas de famine). La ménopause, elle est une période non propice à l’élimination des graisses…


- L’hérédité : le nombre de cellules graisseuses et leur taille est en partie déterminé par le patrimoine génétique.


- S'ajoute à cela une mauvaise circulation de la lymphe (qui, comprimée par les adipocytes, ne peut plus assurer ses fonctions d’élimination des déchets de l’organisme) entrainant ainsi un stockage de toxines et d’eau sous la peau.


- Une mauvaise hygiène de vie. Alimentation trop riche en sucre, acides gras saturés et la sédentarité favorise le stockage des graisses et des toxines, ainsi que les problèmes circulatoires.

En conclusion, une mauvaise hygiène de vie est le meilleur allié de la cellulite…


Pour résumer :

Le développement anormal et l'accumulation des cellules graisseuses de l’hypoderme entraine un mauvais drainage de la zone. Car les vaisseaux sanguins et lymphatiques traversant l’hypoderme sont comprimés par les cellules graisseuses gonflées ou en surnombre. Ce qui crée un phénomène de rétention d’eau, associé à des troubles de la circulation sanguine et lymphatique. La région concernée s’engorge. Des amas graisseux se forment dans l’hypoderme et donnent un aspect irrégulier à la surface de la peau.


Il existe différents types de cellulite :

Cellulite adipeuse

Ce type de peau d’orange provient d’un excès de graisse due à une mauvaise hygiène de vie.

Cellulite infiltrée

Cette cellulite dite aqueuse provient d’un problème de circulation sanguine et d’un mode de vie trop sédentaire.

Cellulite fibreuse

Ce type de peau d’orange est une forme de cellulite incrustée et bien installée. Elle résulte de cellulite incrustée depuis longtemps.



Comment éliminer la cellulite ?


Si aujourd’hui il est impossible d’empêcher sa formation, qui est majoritairement liée à des facteurs hormonaux et héréditaires, il est tout de même possible d’agir afin de réduire l’apparence de la cellulite .



1- Adaptez votre alimentation : Evitez les sucres raffinés, les mauvaises graisses et le sel. Le but étant d’éviter le stockage de graisses et la rétention d’eau, qui sont des facteurs aggravants de la cellulite.

- Fuir les produits transformés :

Pour améliorer le goût des aliments devenus insipides ou desséchés suite aux transformations qu’ils subissent, les industriels leur ajoutent des molécules qui retiennent l’eau et modifient leur texture : du sel et du sucre raffiné, mais aussi, par exemple, des émollients. Le sel et le sucre raffiné favorisent la rétention d’eau.

On ignore souvent, en revanche, que certains agents de texture chimiques peuvent aussi retenir l’eau chez les personnes qui ne les métabolisent pas bien : ces molécules se retrouvent alors sous forme de peptides dans le sang puis dans les tissus interstitiels où ils se comportent en éponges. Par ailleurs, les produits transformés favorisent le stockage car ils sont riches en énergie, graisses et glucides rapidement assimilés.

Exit les plats préparés (soupes, quiches, pizzas...), les desserts lactés, y compris allégés (yaourts aux fruits, crèmes...), les biscuits salés et sucrés, les charcuteries industrielles, les sucres blancs raffinés (biscottes, céréales du petit déjeuner sauf mueslis et flocons, pain de mie blanc...).

Astuces : on peut conserver les surgelés nature (légumes, viande, poisson...) et les compotes sans sucres ajoutés.



- Choisir les bons glucides :

Tous les sucres ne se comportent pas de la même façon dans l’organisme ! Ainsi, ceux à index glycémique élevé (riz, pâtes et farine raffinés, produits sucrés, pommes de terre cuites à l’eau, pain de mie...) sont à éviter. En effet, ils provoquent une hypersécrétion d’insuline qui entraîne le stockage de l’énergie sous forme de réserves adipeuses. Ils génèrent aussi une hyperglycémie chronique qui favorise le mécanisme de glycation du collagène responsable de la formation de cellulite “indurée”.

Les aliments à index glycémique bas régulent la glycémie et la sécrétion d’insuline, ce qui freine le stockage. De plus, en apportant un bon rassasiement, ils évitent une surconsommation d’énergie propice au développement de la masse graisseuse.

Réduire sa consommation de glucides : 1 à 2 fruits/j ; des féculents au petit déjeuner et à un des 2 repas principaux, (150 g en poids cuit). Remplacer les céréales raffinées contre leurs versions semi-complètes et le pain trop blanc classique contre un pain au levain. Il est aussi possible d'intégrer des légumineuses ( haricots blancs , rouges , lentilles , pois chiches , fèves , petits-pois ..) en guise de féculents au repas .

Astuces : les faire tremper avant de les préparer afin de prévenir les ballonnements.


- Consommer des fruits et légumes :

riches en micronutriments qui agissent en synergie pour drainer l’eau en excès et réduire la peau d’orange. Parmi eux :

le potassium favorise le bon équilibre hydrique des cellules,les antioxydants variés (vitamine C, flavonoïdes, carotènes, etc.) protègent les cellules des vaisseaux sanguins contre l’agression des radicaux libres, les renforcent, diminuent leur perméabilité et assurent une meilleure fluidité du sang.

Riches en fibres et en eau, les fruits et les légumes ont également une action favorable sur le déstockage des graisses. Car ils ralentissent l’assimilation des aliments consommés au repas , diminuent l'index glycémique des aliments en constituants une barrière à l'absorption des sucres dans le sang. De plus , elles régulent le transit .

Les légumes : au déjeuner et diner

Pour drainer, on mise sur le radis noir, les asperges, le poireau, le fenouil, les choux... riches en potassium.

Pour la fluidité du sang, on enrichit ses plats avec de l’ail, de l’oignon et de l’échalote.

Pour bénéficier d’un maximum d’antioxydants, on essaie d’avoir beaucoup de couleurs dans son assiette.

Les fruits : on se limite à 2 portions par jour car tous contiennent des quantités de sucre non négligeables. On favorise le kiwi, les agrumes et les fruits rouges pour la vitamine C et les flavonoïdes.



- Bien choisir ces graisses :

Certains produits gras aussi possèdent une action anticellulite ! La Noix, les noisettes, les amandes fraîches, l'huile de pépins de raisin, l'avocat, les poissons ou l'olive, par exemple, renferment de la vitamine E, un puissant antioxydant protecteur vasculaire qui agit sur la rétention d’eau.

Par ailleurs, les acides gras polyinsaturés que contiennent les poissons gras, les huiles végétales et les fruits oléagineux sont peu stockés par l’organisme qui les utilise pour renouveler les membranes de ses cellules, contrairement aux acides gras saturés et trans (fromages, charcuteries, beurre, produits industriels...).

Pour cuisiner et assaisonner, on privilégie les huiles végétales en les variant et en les dosant (1 à 2 c. à c. par repas) et on réserve le beurre au petit déjeuner. On opte pour des viandes maigres et on introduit du poisson gras 1 à 2 fois par semaine.On consomme aussi des oléagineux et de l’avocat, en les comptabilisant dans l’apport lipidique du repas.



- Une alimentation équilibrée signifie aussi apports protéique suffisant :

Les muscles agissent comme une contention naturelle des veines des membres inférieurs. En nourrissant les fibres musculaires, les protéines contribuent DONC à lutter contre l’insuffisance veineuse et la rétention d’eau. Par ailleurs, les protéines rassasient, évitant ainsi une surconsommation calorique.

On privilégie les sources de protéines de haute valeur biologique : poissons, laitages, soja, œufs et viandes, en privilégiant les laitages et viandes maigres pour alléger l’addition calorique sans diminuer les quantités.


2- Pratiquez une activité physique régulière : un sport plutôt « cardio » comme le vélo ou la course à pieds sont particulièrement adaptés. Ils favorisent une bonne circulation sanguine, et aident à l’élimination des toxines et des graisses. 


4 – Evitez la chaleur : les longues expositions au soleil, le sauna ou encore le hammam et bains chauds sont déconseillés . La chaleur entraîne une vaso-dilatation des vaisseaux sanguins (c’est à dire une dilatation des veines ) => aggravation des problèmes circulatoires. Car il y a moins de pression exercée dans les vaisseaux donc un ralentissement de la circulation. Faites attention aux pantalons trop serrés qui gênent la circulation sanguine…


5 - Les massages drainants peuvent aider de par la stimulation de la circulation sanguine. Il existe également d'autres méthodes (cryolipolyse ...) afin de détruire les amas graisseux par le froid.



166 vues
  • Icône sociale YouTube
  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icône

© 2023 by Maple Park Family Practice. Proudly created with Wix.com